Secteur McMahon-St-Jean, Québec, QC

Au cours des années 1970, le gouvernement fédéral, possédant près des deux tiers du territoire du Vieux Québec, investissait lourdement dans la restauration de bâtiments et structures historiques du Vieux Québec, en particuliers au Parc de l'Artillerie et pour stabiliser les murs de fortifications. Il s'intéressait également aux efforts de revitalisation et de mise en valeur de l'ensemble du Vieux Québec. A l'initiative de Jacques Dalibard alors directeur des services de restauration au ministère des Affaires indiennes et du Nord (responsable des sites historiques nationaux), une étude fut réalisée pour la revitalisation du secteur McMahon-St-Jean adjacent au Parc de l'Artillerie.

[click] Rapport de l'étude: Secteur McMahon-St-Jean, Québec - 1974

aerial view

Vue aérienne du secteur McMahon-St-Jean à Québec (2010).

image

Vue de la rue St-Stanislas, secteur McMahon-St-Jean.

INTRODUCTION

"Le Vieux Québec n'est plus une valeur uniquement poétique : il est une valeur humaine, produit de l'homme vivant, conscient de son œuvre passée, présente et future. Nos concitoyens veulent être omniprésents dans la vie sociale, économique et culturelle de leur Vieux Québec. Ils n'oublient pas que l'histoire c'est aussi l'œuvre des hommes vivants qui ont imprimé à leur temps un caractère ineffaçable".

Ces paroles de M. J. Blanchet, président du Comité de Rénovation et de Mise en Valeur du Vieux Québec illustrent au plus haut point la volonté politique de Conservation qui a germé au sein de la population québécoise et de ses organismes politiques au cours des dernières années. Cette volonté politique constitue un des quatre facteurs indispensables à la préservation adéquate de l'héritage culturel de toute ville : "Pour préserver adéquatement l'héritage culturel de toute ville, quatre facteurs sont indispensables pour un succès optimal. Ce sont l'existence à la fois de moyens légaux adéquats et d'un plan d'aménagement, la disponibilité de fonds et par dessus tout l'existence d ' une volonté politique pour la Conservation" (Franche, P.)

Les moyens légaux adéquats pour la conservation d’un ensemble historique doivent se situer à deux niveaux: d'abord sur le plan local au niveau des villes et des cités qui doivent adopter des règlements municipaux qui favoriseront et faciliteront les projets de conservation, puis au niveau national où on doit retrouver l'énoncé d'une politique nationale qui introduit le concept de conservation d'ensembles historiques. Les nouvelles politiques de la Société Centrale d'Hypothèques et de Logement, ainsi que les ententes cadres du ministère de l'Expansion économique et régionale sont le reflet de l'intérêt certain que le gouvernement fédéral manifeste à l'égard de la sauvegarde de notre patrimoine national tant au niveau des ensembles historiques que des restaurations isolées. Sur le plan provincial et municipal, les investissements de plus en plus importants du ministère des Affaires Culturelles et de la Société d'Habitation du Québec, la présence et l'action du comité de Rénovation et de Mise en Valeur du Vieux Québec sont, au même titre, le reflet d'une prise de conscience sans cesse grandissante de l'importance de l'héritage historique du Québec et de la nécessité de tout mettre en œuvre pour le sauvegarder. Les fonctions de planification et d'exécution doivent cependant demeurer l'apanage des autorités locales, mais sous la supervision et avec le support du gouvernement central.

Des fonds de plus en plus importants sont mis à la disposition des petits propriétaires, des grands entrepreneurs, des municipalités et des provinces afin de sauvegarder notre patrimoine national. Les démarches nécessaires à l'utilisation maximale de tous ces programmes de prêts et de subventions n'en demeurent pas moins très complexes .Il apparaît nécessaire, voir même urgent de développer au niveau des municipalités un personnel compétent qui saura entreprendre des programmes majeurs de conservation en utilisant au maximum les ressources disponibles. Un plan d'aménagement qui cernera toutes les approches permissibles et les orientera vers une ligne commune d'action nous apparait aussi comme tout-à-fait indispensable pour la réussite de tout projet majeur de Conservation. L’application de ce plan relève des autorités locales et la création d'une société de gestion avec des responsabilités clairement définies pour la coordination de toutes les activités municipales à l'intérieur d'un ensemble historique s'est avéré internationalement comme étant l'approche qui offre le plus de chances de succès. Le plan d'aménagement doit définir très clairement les politiques de logement, de circulation, de développement touristique et d'activités commerciales et industrielles qui engageront l'avenir du secteur sauvegardé .

Possédant près des deux tiers du territoire. du Vieux Québec et 42% de la valeur globale des immeubles, le Gouvernement fédéral est le plus grand propriétaire foncier du Vieux Québec. Conscient de ses responsabilités, de la volonté politique de conservation des québécois et de la valeur historique et architecturale indéniable de l'ensemble du Vieux Québec, il a participé et continue à participer tant financièrement que techniquement à la reconquête urbaine de l'ensemble historique du Vieux Québec par l'intermédiaire de ses programmes de relance économique, de réhabilitation de restauration et de conservation tant des ensembles historiques que des monuments isolés .

C’est aguerris de l'expérience acquise lors de projets de réhabilitation d'ensembles historiques tels que les "Halifax Waterfront Buildings" et Dawson City et impliqué dans la réhabilitation d'un secteur résidentiel dans le Vieux Québec que les Services de la Restauration du ministère des Affaires Indiennes et du Nord ont compilé le présent dossier. Ce dossier se veut l'amorce d'une étude détaillée visant à la réhabilitation et à la reconquête urbaine d'un ensemble historique délaissé du Vieux Québec, le secteur McMahon-St-Jean, Côte du Palais-d'Auteuil.

Loin de vouloir faire la duplication des études, des recherches et des recommandations exposées dans le "Concept de Réaménagement du Vieux Québec" que la Ville de Québec a endossé comme plan de sauvegarde et de mise-en-valeur de ses biens culturels, nous voulons participer à sa mise-en-œuvre en démontrant de façon plus détaillée la qualité de certains ensembles historiques situés dans le secteur McMahon-St-Jean. Nous voulons aussi insister sur la nécessité de débuter une étude détaillée qui pourvoira à sa mise-en-valeur, et résumer les différentes possibilités de financement déjà à la portée de la réalisation d'un tel projet. Nous illustrerons aussi quelques-unes des possibilités de réaménagement que nous croyons souhaitables pour ce secteur qui avoisine immédiatement le Parc de l'Artillerie pour lequel nous consacrons énormément d'efforts présentement. En fait, le développement harmonieux du Parc de l'Artillerie et du secteur McMahon-St-Jean pourrait à très court terme devenir un exemple national de conservation d'ensembles historiques en milieu urbain.

Images accompagnant le dossier de présentation

Cliquez sur l'image pour agrandir

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image